Filet et four à chanvre
>>
Accueil
>
À vélo
>
Filet et four à chanvre
La Perrière

Filet et four à chanvre

Panorama et paysages
Patrimoine bâti
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Le village millénaire de La Perrière, labellisé Petite cité de caractère offre un point de départ idéal pour une balade à vélo. Il sera agréable de pouvoir s'y désaltérer ou s'y restaurer après une randonnée cycliste dynamique.

Les 2 patrimoines à découvrir

  • Petit patrimoine

    Four à Chanvre à proximité de l'ancien prieuré

    Dès le Moyen-Âge, la production de toiles est attestée dans le Perche. Les rapports des intendants et ceux des inspecteurs des Manufactures de la fin du XVIIe siècle la situent principalement autour de Mortagne-au-Perche et, de manière plus sporadique, autour de Bellême, Nogent et Villeray (Condeau).
    Elle se développe couramment là où les terres sont les moins propices à la culture. Les toiles de lin et de chanvres (treillis, canevas) sont proiduites dans les campagnes, en complément des travaux des champs ou comme première source de revenu. elles sont vendues à des marchands de Paris, Rouen et Saint-Quentin.

    A l'ouest du Perche, dans un secteur compris entre Bellême, Mamers et Saint-Cosme-en-Vairais, s'est développée une culture d'appaoint du chanvre, transformé sur place puis exporté vers Angers, les grands tissages de l'Ouest et outre-mer. Après récolte, le chanvre subissait une macération dans l'eau (rouissage) afin de faciliter la séparation de l'écorce et de la tige filamenteuse. Les bottes de chanvre étaient ensuite entassées dans la partie haute du four (chambre de séchage. Au niveau inférieur, un brasero à coke - ne dégageant pas de flammes - assurait un séchage optimal en une dizaine d'heures. La plupart du temps de plan circulaire, ces petits édifices au toit conique étaient établis dans les cours des fermes. Une trentaine de fours subsistent, souvent à l'état d'abandon.
  • Architecture

    Château de Chèreperrine

    Le château de Chèreperrine (orthographié au XVIIIe siècle Cherperine) est situé dans la commune d'Origny-le-Roux, dans le département de l'Orne, en région Normandie, à la limite de la Sarthe et des Pays de la Loire. Sa construction remonte à l'année 1704. Il est inscrit, depuis le 21 novembre 1989, au titre des Monuments Historiques. En partie détruit par un incendie en 1924, il a été amputé d'un tiers de sa largeur et de son étage sous toiture. Il a conservé sa cour d'honneur délimitée par des douves sèches, ses dépendances dont l'une héberge la chapelle privée, sa glacière et son parc de 30 hectares.

    Information : par le petit chemin qui monte depuis la D296, les extérieurs sont accessibles au public les dimanches si les propriétaires sont présents.



Description

A voir en chemin

Chemilly :
Fours à chanvre
Les jardins de Montperthuis

Origny-le-Roux :
Château de Chèreperrine (XVIIIe)
  • Départ : La Perrière
  • Arrivée : La Perrière
  • Communes traversées : La Perrière, Origny-le-Butin, Chemilli, Le Gué-de-la-Chaîne, Saint-Fulgent-des-Ormes, Igé, Saint-Pierre-des-Ormes et Origny-le-Roux

Météo


Profil altimétrique


Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional du Perche

Manoir de Courboyer - Nocé, 61340 Perche-en-Nocé

http://parc-naturel-perche.frinfo.tourisme@parc-naturel-perche.fr02 33 25 70 10

Office du Tourisme des Collines du Perche Normand

Bd Bansard des Bois, 61130 Bellême

http://www.cdcpaysbellemois.frsejour@perchenormand.fr02 33 73 09 69

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking de centre-bourg, face à la mairie

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
14