Villeray, au fil de l'Huisne
>>
Accueil
>
À pied
>
Villeray, au fil de l'Huisne
Condé-sur-Huisne

Villeray, au fil de l'Huisne

Au fil de l'eau
Histoire et patrimoine
Les incontournables
Panorama et paysages
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
L’Huisne fut autour de l’An Mil une frontière entre deux principautés seigneuriales et, à ce titre, âprement défendue par des forteresses dont il reste aujourd’hui les mottes castrales. Cette randonnée se propose de suivre cette frontière au fil de l’eau et de l’Histoire.
L’itinéraire commence dans le bourg de Condé-sur-Huisne et suit la vallée de l’Huisne en passant par le village de Condeau groupé autour de son église de style Renaissance puis traverse Villeray qui est l’un des plus beaux sites au cœur du Perche.  La rue principale fait défiler un ensemble architectural séduisant qui domine la vallée. Avant de retraverser la rivière il faut grimper autour de la motte castrale de Villeray en Husson puis faire un très léger détour jusqu’à l’église Renaissance de Saint-Germain-des-Grois. Sur la rive opposée on quitte la « Voie Verte » pour visiter le charmant hameau de La Chaussée et ses longères percheronnes.

Les 7 patrimoines à découvrir

  • Architecture

    Eglise Notre-Dame

    L’église a été construite au XVIe et ensuite largement remaniée au XIXe siècle. Le maitre-autel du XVIIe, quatre autels et un tableau du XVIIIe sont classés à titre d'objets. Douze verrières sont répertoriées dans l'inventaire général du patrimoine culturel : neuf ont été réalisées au début du XXe siècle par Maurice Muraire, successeur de l'atelier ébroïcien de Duhamel-Marette et trois réalisées par le maître verrier chartrain Charles Lorin en 1936.
  • Point d'eau

    L'huisne

    Cette rivière, qui prend sa source près de La Perrière pour rejoindre 165km plus loin la Sarthe au Mans, a un cours calme au milieu des prairies et des bois. Sur une grande partie de son cours, et notamment pour la partie qui concerne cet itinéraire, il y a suffisamment de fond pour permettre des ballades en canoë ou en kayak. L’Huisne est particulièrement prisée pour la pêche avec une population exceptionnelle d’ombres (introduits dans les années 70)

  • Architecture

    Eglise Saint-Denis de Condeau

    L’origine romane reste visible par son chevet semi-circulaire. La nef unique et le chœur, plus étroit, ont été remaniés au XVIe siècle. L’édifice est flanqué d’une tour-clocher. A l’intérieur 2 tableaux du XVIe siècle sont classés M.H.
    Derrière l’église un prieuré est devenu une maison particulière qui fait face à un grand presbytère.
  • Histoire

    Villeray

    Villeray est, au XIe siècle, une position stratégique importante face à la forteresse des Rotrou, comtes du Perche, érigée à Rivray de l’autre côté de la rivière.
    Deux châteaux à mottes castrales y sont élevés par les Talvas, seigneurs de Bellême. Au nord, la motte de Villeray en Husson est distante d’à peine 300 m de celle de Villeray en Assé, au sud. Les sites fortifiés, sont détruits par les anglais lors de la guerre de 100 ans.
    Sur l’emplacement de la forteresse d’Assé, Gilles de Riants fait construire, à la fin du XVIe siècle, un château « à l’appui d’une tour ruinée ». Fidèle au Roi Henri IV pendant les guerres de Religion, il est récompensé par l’érection de ses châtellenies en baronnie.
    Sous l’ancien régime, Villeray est un des meilleurs revenus de la province du Perche avec son notariat, son tribunal, ses droits de pêche et de chasse, ses foires et son marché aux toiles. Un petit bourg se blottit près du château et l’Huisne fait tourner deux beaux moulins.

    Du premier château construit au Moyen-Age pour défendre la vallée de l'Huisne, restent les douves, le talus, et l'ouvrage d'entrée avec ses deux tourelles. Le château a été rebâti au milieu du 16e siècle. Le château de Villeray est épargné pendant la tourmente révolutionnaire grâce à son maire, le conventionnel Dugué d’Assé, qui vota la réclusion de Louis XVI.
    En 1846 a été effectuée une restauration en style néo-renaissance : les façades ont été ornées de motifs floraux, de guirlandes de feuillages et de personnages en médaillon. Le parc a été conçu au 17e et modifié à la fin du 18e/début 19e s. Le plan actuel du parc a été réalisé par Fauche entre 1845 et 1856.

    Le moulin continue de fonctionner jusqu’en 1920. Après avoir été converti en fromagerie, filature, fabrique de meubles et fonderie ; depuis 1973, il est un superbe hôtel-restaurant.
  • Architecture

    Eglise Saint-Germain-des-Grois

    L’église Saint-Germain de fondation romane avec un chœur du XIIe siècle a été profondément remaniée aux XVe et XVIe siècles. La construction carrée d’ensemble s’apparente à un prieuré. Dans la nef à trois travées flanquées de 2 collatéraux on peut admirer des autels des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Plus d'informations ici

    Le mémorial aux pilotes américains a été érigé en 2010 pour commémorer la mort de deux pilotes américains abattus successivement en juin et août 1944 près du village de Saint-Germain-des-Grois.

  • Histoire

    La Chaussée

    La chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs a été construite en 1874 sur l’emplacement d’un oratoire du XVIesiècle. Une légende entoure cette chapelle (cf. « Le Hameau de la Chaussée » (Circuit n°11 Perche Rémalardais)

    Sur la place devant la chapelle une plaque rend hommage à Algirdas Julien Greimas (1917-1992), linguiste et sémioticien fondateur de la sémantique structurale, qui avait choisi le hameau de la Chaussée pour y trouver le calme et les lumières de sa Lituanie natale.
  • Histoire

    Le hameau de la Chaussée

    Le toponyme"la Chaussée" témoigne d'une voie antique qui a donné son nom au hameau.

    Communément appelé "voie romaine", chemin ferré ou chemin des Césars, son tracé tenait compte de la topographie, utilisant souvent les lignes de crêtes qui permettaient la surveillance des alentours.

    Situé sur un lieu de passage, ce village relevait autrefois de Saint-Germain-des-Grois, paroisse voisine. Vers 1530, une famine et une grand mortalité décimaient la région. les habitants, devant le manque d'empressement du curé envers leurs malades et leurs morts, s'affranchirent de Saint-Germain pour dépendre de Condé. Ils élevèrent alors, à La Chaussée, un 1er oratoire, remplacé en 1874 par la chapelle actuelle, dédiée à Notre-Dame des sept douleurs. Tout près est aussi érigé une croix, la croix Saint-Michel.

Description

Le circuit démarre sur le parking de la « Voie Verte » près de la gare de Condé-sur-Huisne.

  1. Après le passage à niveau traverser le village de Condé-sur-Huisne par la route
    principale qui conduit vers Nogent-le-Rotrou jusqu’au rond-point (1,2 kms) en
    empruntant le chemin piétonnier sur la bas côté droit de la route. A la station
    d’épuration, prendre le chemin tout de suite à droite vers le lieu-dit Les Emottés.
  2. Suivre ce chemin (environ 800m), traverser l’Huisne sur une passerelle. Avant cette passerelle se trouve une table de pique-nique. Le chemin est ensuite goudronné jusqu’au lieu-dit Le Plessis qui se trouve après le pont du chemin de fer. Dans le hameau prendre le chemin à droite qui serpente dans les bois le long de l’Huisne. Après environ 1,8 km on arrive sur la D 623 avant l’entrée du village de Condeau.
  3. L’itinéraire balisé tourne à gauche sur la D 623 sur environ 50 m et emprunte ensuite un chemin à droite qui monte vers la Croix Boudet. Prendre le chemin à gauche de la croix jusqu’à une petite route et suivre vers la droite (carrefour de la Queutière). Au bas de la descente, traverser une route (Condeau/Saint-Pierre la Bruyère) pour emprunter, en face, un magnifique chemin creux en montée régulière jusqu’à la D 203 que l’on traverse pour suivre sur quelques dizaines de mètres une petite route (vers Huet et La Bidenière). Environ 50m plus loin dans un virage à gauche, emprunter à droite un chemin creux qui conduit jusqu’à l’entrée du village de Villeray.
  4. Descendre la rue principale de Villeray qui permet d’admirer les maisons anciennes constituant ce village. A mi- descente s’ouvre à droite l’entrée du château. En face de l’entrée du château une petite ruelle mène à la Maison du Bailli. En bas du village prendre à gauche du moulin. Une cinquantaine de mètres plus loin monter à gauche le chemin qui contourne la motte castrale. Prendre ensuite le chemin à droite qui conduit jusqu’ à l’entrée du village de Saint-Germain-des-Grois. La petite route serpente entre les maisons.
  5. En contrebas de l’église (pour laquelle un petit détour s’impose), au point repère 5 tourner à droite après le mémorial. Arrivé au lieu-dit la Cour Bercy poursuivre à gauche le chemin goudronné qui longe l’Huisne en direction du lieu-dit Le Bois Loché. Prendre ensuite à droite la passerelle qui enjambe l’Huisne pour arriver sur la « Voie Verte » que l’on emprunte, à droite, sur environ 800 mètres.
  6. Au croisement de la « Voie Verte » et de la D 10 (Rémalard/Condé-sur-Huisne), traverser la route pour légèrement à gauche emprunter le chemin goudronné en face (nombreuses indications de hameaux) qui monte vers le hameau de la Chaussée sur environ 350m. Après un embranchement et à l’entrée d’un virage à droite emprunter le chemin en face qui est fermé par une barrière anti-véhicule jusqu’à un petit étang près duquel se trouve une aire de pique-nique. Tourner à droite vers le hameau puis à gauche et encore à gauche vers la chapelle. Sur la placette il y a une aire de pique-nique. Prendre ensuite le chemin à droite de la chapelle jusqu’au calvaire puis prendre à droite la D 622 jusqu’au croisement de la Piffélière.
  7. Au croisement de la Piffélière, où se trouve un calvaire, prenez le chemin en face qui rejoint la « Voie Verte » et ramène jusqu’au parking du départ.
Une première variante permet de réduire le parcours d’environ 2 km. Au niveau du point N°3 Suivre la route pour entrer dans le village de Condeau jusqu’à la place. Aire de pique-nique à la sortie du village en direction de Condé-sur-Huisne (D203). Rejoindre ensuite directement Villeray en empruntant la petite route qui longe le mur du château sur la place, à gauche de la grille du parc (environ 900 m).

Seconde variante pour aller jusqu’à la motte castrale de Rivray. C’est une extension d’environ 4 km. Au carrefour (N°7) remonter à gauche puis prendre le chemin en face avant le lieu-dit de la Piffèlière. Suivre ce chemin sur environ 1 km jusqu’à la route D918 (Bretoncelles/Condé-sur-Huisne). Traverser la route, prendre le sentier en face et passer sous la voie de chemin de fer. Prenez ensuite à gauche le chemin goudronné qui monte vers la motte castrale de Rivray et la chapelle (domaine privé). Pour le retour reprendre le même chemin tout en obliquant, à mi-parcours, vers le hameau de la Haute-Roche qui vous ramènera vers la "Voie Verte".
  • Départ : Condé-sur-Huisne
  • Communes traversées : Condé-sur-Huisne, Condeau et Saint-Germain-des-Grois

Météo


Profil altimétrique


Recommandations

La traversée de la voie de chemin de fer à Condé-sur-Huisne mérite vigilance car elle s’effectue par un passage à niveau. Ensuite le parcours jusqu’au rond-point à la sortie du bourg doit se faire sur le trottoir car la circulation est importante. C’est le secteur le moins attractif du circuit.


Lieux de renseignement

Maison du Parc naturel régional du Perche

Manoir de Courboyer - Nocé, 61340 Perche-en-Nocé

http://parc-naturel-perche.frinfo.tourisme@parc-naturel-perche.fr02 33 25 70 10

Office du Tourisme Coeur du Perche

22, rue Marcel Louvel, 61110 Rémalard-en-Perche

http://tourisme.coeurduperche.comtourisme@coeurduperche.fr02 33 73 71 94

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking rue de la gare

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
12